Aide Contact 0 825 622 628(0.20€ TTC/MIN) NOS MAGASINS
-15% sur le site Cap sur les tendances styles déco
Ettore Sottsass

Ettore Sottsass

Ettore Sottsass (1917-2007) était un grand seigneur du design italien de la fin du 20ème siècle. Mieux connu comme le fondateur du collectif Memphis du début des années 1980, il a également conçu des produits électroniques emblématiques pour Olivetti, ainsi que de beaux objets en verre et en céramique.

Partout où il allait, Ettore Sottsass avait un appareil photo pour photographier tout ce qui attirait son attention. Portes, temples, cuisines, panneaux publicitaires : rien ne lui échappait. Il a pris 1.780 photos durant un voyage de douze jours en Amérique du Sud et a publié un...

Ettore Sottsass (1917-2007) était un grand seigneur du design italien de la fin du 20ème siècle. Mieux connu comme le fondateur du collectif Memphis du début des années 1980, il a également conçu des produits électroniques emblématiques pour Olivetti, ainsi que de beaux objets en verre et en céramique.

Partout où il allait, Ettore Sottsass avait un appareil photo pour photographier tout ce qui attirait son attention. Portes, temples, cuisines, panneaux publicitaires : rien ne lui échappait. Il a pris 1.780 photos durant un voyage de douze jours en Amérique du Sud et a publié un livre composé de photos de murs. Pendant des années il a aussi photographié chaque chambre d'hôtel dans laquelle il avait couché avec une femme.

Un jour à Marseille, alors que Sottsass photographiait l'enseigne d’une boutique de barbier, il a été forcé d'abandonner son matériel. C'était un repère de contrebandiers. En Egypte, alors qu'il photographiait une fenêtre délabrée, la police se précipita. Cette fenêtre faisait partie du poste de police. «La plupart des gens normaux (et pas seulement les policiers) n'aiment pas faire face à la réalité, toutes les choses finalement se désintègrent,» écrivait-il plus tard. «Je crois que l'avenir ne commence que lorsque le passé a été complètement démantelé, sa logique réduite en poussière ; la nostalgie est tout ce qui reste."


Ettore Sottsass a consacré sa vie de travail à démanteler le passé dans ses différents rôles d'artiste, architecte, designer industriel, verrier, éditeur, théoricien et céramiste. Le passé était pour lui la doctrine rationaliste de son père, Ettore Sottsass Sr, un architecte italien de premier plan. Malgré l’éducation reçue par ses parents, Ettore Jr. a favorisé une approche différente. «Quand j'étais jeune, tout ce que nous avons toujours entendu était le fonctionnalisme, le fonctionnalisme, le fonctionnalisme," a-t’il dit. «Ce n'est pas assez. Le design devrait aussi être sensuel et excitant."

 

Né en 1917 à Innsbruck en Autriche dans la région natale de sa mère, Ettore Jr. est considéré comme un architecte d’âge précoce. Ses parents déménagent à Turin en 1929, car la meilleure faculté d'architecture se trouve en Italie et Ettore Sr. voulait que son fils y étudie. Bien qu'il aimait la peinture, Ettore Jr. acquiesce à la volonté de son père et obtient un diplôme d'architecture en 1939.

Tout juste diplômé, il est appelé dans l'armée italienne et passe la majorité de la Seconde Guerre mondiale dans un camp de concentration yougoslave. «Il n'y avait rien de courageux ou d’agréable dans cette guerre ridicule où je me suis battu», écrit Sottsass. «Je n'ai rien appris. C'était une perte de temps."

Après la guerre, il travaille sur des projets de logement avec son père avant de déménager à Milan en 1946 pour préparer une exposition d'artisanat à la Triennale. Durant la décennie suivante, Sottsass se passionne pour la peinture, l'écriture pour Domus, les revues d’art et d'architecture, la conception de décors et pratique le métier d'architecte et de designer industriel.

En 1957, Sottsass devient consultant créatif pour Polotronova, une usine de meubles près de Florence. En 1958, il accepte un rôle de conseil plus exigeant pour la division électronique d’Olivetti, le groupe industriel italien. Sottsass est embauché par Adriano Olivetti, le fondateur, et travaille aux côtés de son fils, Roberto. En collaboration avec l'ingénieur, Mario Tchou, ils créent une série de produits phares, techniquement innovant et esthétiquement attrayant grâce à l'amour de Sottsass pour le pop art et de la culture Beat. Ils remportent le prestigieux Compasso d'Oro 1959 avec le Elea 9003, la première calculatrice italienne, et révolutionnent le design la machine à écrire avec le premier modèle électronique Tekne d'Olivetti.

Tout au long des années 1960, Sottsass voyage aux États-Unis et en Inde, tout en restant un personnage central de l'avant garde italienne et pour la conception de produits plus marquants pour Olivetti : point culminant avec la machine à écrire Valentine en plastique rouge vif qu'il décrit comme "un stylo bille entre machines à écrire". Bien plus tard, Sottsass rejettera la Valentine la considérant comme «trop évident, un peu comme une fille portant une jupe très courte et trop de maquillage» Cependant elle est toujours considérée aujourd’hui comme un produit emblématique «pop». Son mobilier était tout aussi influent : notamment la "Superbox» développée pour Polotronova. En 1972, Sottsass participe à la nouvelle exposition du paysage domestique au MOMA à New York.

À la fin des années 1970, Sottsass travaille avec le Studio Alchymia, un groupe de concepteurs de meubles d'avant-garde, comme Alessandro Mendini et Andrea Branzi, sur une exposition au Salon du Meuble de Milan 1978. Deux ans plus tard, Sottsass se désunit de Mendini pour former un nouveau collectif, Memphis, avec Branzi et une vingtaine d'autres collaborateurs dont Michele De Lucchi, George Sowden, Matteo Thun et Nathalie du Pasquier.

Memphis incarnait les thèmes qui Sottsass avaient expérimenté depuis ses « superboxes » du milieu des années 1960 : des couleurs vives, des motifs kitsch et des matériaux bon marché, comme le stratifié. Mais cette fois, ils capturent l'attention des médias et des connaisseurs du design. Memphis (nom choisi d'après une chanson de Bob Dylan) est alors présenté comme l'avenir du design. Pour les jeunes designers de l'époque, c’était un paratonnerre intellectuel les libérant du rationalisme qui leur avait été enseigné à l'université et qui leur a permis d'adopter une approche plus fluide et plus conceptuelle du design. Le travail du collectif Memphis a été exposé partout dans le monde, jusqu'à ce que Sottsass le quitte au début de l’année 1985.

Il se concentre ensuite sur Sottsass Associati, le groupe d’architecture et de design où il travaille avec d'anciens membres de Memphis et de jeunes collaborateurs, comme les designers et architectes James Irvine et Johanna Grawunder. Sottsass retourne à l'architecture en 1985 quand on le sollicite pour le nouveau concept des magasins Esprit.

Il réalise par ailleurs une série de maisons privées - dont une à Palo Alto pour le designer industriel, David Kelley - et des bâtiments publics, notamment l'aéroport Malpensa de Milan. Sottsass Associati a également oeuvré pour Apple, NTT, Philips et Siemens, tandis que Sottsass lui-même poursuit ses projets artisanaux en verre et en céramique. Vénéré en Italie comme le doyen du design du 20ème siècle, Ettore Sottsass est également cité comme modèle par de jeunes designers étrangers, tels que Ronan et Erwan Bouroullec, pour l'ampleur - ainsi que la qualité - de son travail.

Il meurt le 31 décembre 2007 dans sa maison milanaise d’un arrêt cardiaque à l’âge de 90 ans.


Pays : Italie

Meilleures ventes :

Tous les produits créés par Ettore Sottsass

Page
  • 1
Page
  • 1
Filtrer par
Type de produit
  1. Corbeille
Catégorie
Prix
  1. Moins de 50 € (7)
  2. 50 € - 100 € (4)
  3. 100 € - 200 € (6)
  4. 200 € - 250 € (1)
  5. 250 € - 500 € (5)
  6. 500 € - 1000 € (7)
  7. 1000 € ou plus (15)
Marque
Couleur
Materiau
Top